Archives pour la catégorie Energie solaire

Quand l’énergie devient intelligente

La maîtrise de l’énergie est plus que jamais un sujet d’actualité. C’est aussi un enjeu essentiel pour construire la ville de demain. Les smart cities doivent penser et organiser différemment leur consommation d’énergie. Cela signifie à la fois de trouver de nouveaux modes de production et de consommation d’énergie. Mais aussi de se doter de réseaux électriques intelligents : les smart grids…
intélligence économique
smart city

https://www.inriality.fr/environnement/quand-lenergie-devient-intelligente/

Projets solaires marocains : Masen cherche des investisseurs dans le photovoltaïque

masen1

L’agence solaire du Maroc, Masen lance un appel à manifestation d’intérêt pour une première centrale photovoltaïque d’au moins 50 MW à Ouarzazate. Un programme qui doit prendre la suite de ses énormes projets, toujours en phase d’investissement, dans le domaine du solaire à concentration,
Après le solaire à concentration (CSP) et les projets géants dit Noor 1 et désormais 2 et 3, tous situés à Ouarzazate dans le sud du pays, le plan solaire du Maroc se tourne vers le photovoltaique (PV).
Masen, l’agence publique qui porte tous les développements du royaume dans les grandes installations solaires vient de lancer un appel à proposition pour un ensemble de centrales photovoltaïque cumulant jusqu’à un total de 170 MWc de capacité.
« La phase NOOR PV I, comprendra la centrale NOORo IV d’une capacité de 50 à 70 MW, située à Ouarzazate et pourrait également porter sur les projets NOOR Laayoune et NOOR Boujdour, d’une capacité autour de 50 MW chacune » , indique Masen dans un communiqué publié ce 17 mars.
Selon l’agence, « il est prévu que les projets de NOOR PV I soient développés sous le schéma IPP (Independant Power Production) à travers un appel d’offres international portant sur la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance desdits projets ».
Les entreprises et groupements sont invités à se manifester auprès de Masen dans les conditions détaillées dans son appel à manifestation d’intérêt (AMI) téléchargeable.
Pour la première tranche à savoir NOOR PV I, la date limite de soumission est fixée au 6 avril prochain à 9h du matin.
Quant au chiffrage des investissements, il est difficile à évaluer à ce stade, le Maroc n’ayant pas encore connu de projets de grande taille en matière de parcs photovoltaïques au sol.
A titre informatif, en France, le coût donné pour le projet en cours de Cestas près de Bordeaux (300Mwc au sol) est de l’ordre de 1,2 million d’euros par Mwc. Mais en Afrique du sud, Total avait annoncé un projet en 2013 sur la base de 2,2 millions d’euros par Mwc.
Pour rappel, les centrales solaires à concentration Noor 1, 2 et 3 cumulant plus de 3 milliards d’euros d’investissement ont été emportées sur appel d’offre par le groupe saoudien Acwa associé à divers partenaires dont les espagnols Abengoa ou Sener.
Sur les dernières tranches Noor 2 et 3 (centrale CSP et tour solaire) attribuées à Acwa en janvier dernier, Edf, Alstom et Gdf-Suez mais aussi des groupes américains ou japonais avaient été pré-qualifiés mais non retenus.
Le plan solaire marocain vise une capacité installée, dans différentes technologies, de 2 000 MW à l’horizon 2020.
Il s’inscrit dans un vaste programme de développement ayant pour objectif une capacité installée en électricité renouvelable représentant 42% de la capacité électrique totale du pays (actuellement environ 7GW).
A coté du plan solaire, d’important parcs éoliens comme celui de Tarfaya conduit par Gdf-Suez et Nareva sont développés ou projet dont un important appel d’offres de 850MW lancé par l’Office de l’électricité (Onee).

MEDINIT AGRO, Salon Italien des Technologies et des Innovations pour l’Agriculture, la Zootechnie et les Energies Renouvelables

MEDINIT AGRO, le Salon Italien des Technologies et des Innovations pour l’Agriculture, la Zootechnie et les Energies Renouvelables, organisé par la Foire de Vérone et la Chambre de Commerce Italienne , avec le parrainage de l’Agence du Développement Agricole et en collaboration avec l’Office Régional de Mise en Valeur Agricole du Doukkala, le Ministère de l’Agriculture, l’AMIMA, la COMADER et la Fédération des Chambres d’Agriculture du Maroc, aura lieu à El Jadida, au Club de l’ORMVAD, du 4 au 6 Mars.

Le Salon verra pour cette deuxième édition la présence d’environ 40 sociétés italiennes leaders dans leurs secteurs : machinisme et équipements agricoles, machines pour le travail du sol, équipements pour élevage et zootechnie, technologie pour l’huile d’olive, irrigation, serres, semences, aliments pour animaux, fertilisants, pépinières, jardinage, atomiseurs, équipements pour production avicole, énergies renouvelables pour agriculture etc. Il s’agit donc d’une occasion extraordinaire pour établir des relations de coopération technologique et économique avec les partenaires italiens, et nouer ensemble de nouveaux partenariats.

Le programme du 4 Mars, jour de l’inauguration, est le suivant : – 11h : inauguration officielle à la présence des autorités italiennes et marocaines – 15h : séminaire : « Les normes sanitaires pour l’export des produits agricoles du Maroc vers l’Italie », animé par M. Giuseppe Morabito (Ministère de la Santé italien) et l’EACCE.

Raccordement de la centrale solaire photovoltaïque d’ASSA au réseau Moyenne Tension

 

L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable a procédé, en décembre 2014, à la mise en service de la Centrale Solaire Photovoltaïque d’Assa.


Située à 3 km de la ville d’Assa sur un site d’une superficie de 5.000 m2, cette centrale s’inscrit dans le cadre de la politique énergétique nationale visant la sécurisation de l’approvisionnement du pays en énergie électrique, la promotion des énergies renouvelables ainsi que la protection de l’environnement.

D’une puissance installée de 800 kW, la centrale d’Assa est composée de 3432 modules de 235 W chacun et 8 onduleurs de 100 kVA. Sur le plan environnemental, cet ouvrage solaire photovoltaïque, qui aura un productible moyen de 1,46 GWh par an, permettra d’éviter des émissions de près de 894 tonnes de CO2 par an.

la réalisation de cette centrale vise à renforcer le réseau de distribution de la région d’Assa-Zag située en bout de ligne et contribuera à l’amélioration de la qualité de service offerte à la clientèle.

Cette centrale est la première du genre au Maroc à être connectée au réseau MT et permettra à l’ONEE d’acquérir une expertise dans le raccordement des centrales solaires au réseau électrique.

Ce projet a été  réalisé grâce à un don accordé par le Gouvernement du Japon d’une valeur d’environ 60 millions de Dirhams destiné à la mise en œuvre du projet de promotion de l’énergie propre en utilisant l’énergie solaire photovoltaïque.

Site web officiel de l’ONEE – Branche Electricité.

Investissements saoudiens au Maroc : Un volume de plus de 38 milliards de dirhams – LE MATIN.ma

Investissements saoudiens au Maroc : Un volume de plus de 38 milliards de dirhams – LE MATIN.ma.

Le volume des investissements saoudiens au Maroc dépassera les 38 milliards de dirhams avant fin 2016, c’est ce qu’a estimé l’opérateur économique saoudien dont les propos ont été rapportés par «Al-Iqtissadiya»
Le volume des investissements saoudiens au Maroc devra dépasser les 15 milliards de riyals saoudiens (38 milliards de dirhams) avant fin 2016, a estimé un opérateur économique saoudien membre du Conseil d’affaires maroco-saoudien, Mohamed Bin Badr Al-Doussari.
Mohamed Bin Badr Al-Doussari, dont les propos ont été rapportés, lundi, par le quotidien économique saoudien «Al-Iqtissadiya», a ajouté qu’«aucun projet d’investissement saoudien au Maroc ne rencontre de difficultés et que certains projets d’investissements ont, également, été réalisés en partenariat avec des investisseurs marocains».
Estimant à plus de 10 milliards de riyals (25,45 milliards de DH) le volume actuel des investissements saoudiens au Maroc, il a dit s’attendre à ce que ce volume dépassera les 15 milliards de riyals (38 milliards de DH) avant la fin de 2016 «grâce à plusieurs facteurs dont la stabilité politique que connaît le Maroc, en comparaison avec certains pays du voisinage, et à la grande coordination entre les deux gouvernements à travers les conseils officiels comme la haute commission mixte et le Conseil d’affaires maroco-saoudien».
Il a, également, indiqué que les deux gouvernements accordent aux investisseurs de nombreuses facilités et diverses opportunités d’investissements en plus d’avantages douaniers, soulignant, à cet égard, les efforts de la haute commission mixte et les liens solides qui existent entre le Maroc et l’Arabie Saoudite.
Concernant la nature des investissements saoudiens au Maroc, Mohamed Bin Badr Al-Doussari a précisé que ceux-ci se concentrent, notamment, dans les secteurs de l’énergie, de l’immobilier, de l’industrie, de l’agriculture et de l’hôtellerie.
– See more at: http://www.lematin.ma/express/2015/investissements-saoudiens-au-maroc-_un-volume-de-plus-de-38-milliards-de-dirhams/217055.html#sthash.96stSxoT.dpuf

Solar cells: this is how it works

solar

If an electrical conductor is connected to the contacts of a solar cell, electrons flow from the negative pole to the positive pole: an electric current is produced, just like in a battery. In order to make this possible, electrons and mobile positive charge carriers – atoms that have emitted an electron – must initially be produced in the solar cell and then separated from each other in such a way that they accumulate at the contacts. The energy required for these processes comes from the particles of light captured by the solar cell. Solar cells are based on certain materials referred to as semiconductors. Semiconductors such as silicon become electrically conductive when supplied with heat or light. By deliberately introducing impurities – scientists refer to this process as « doping » – the number of mobile charge carriers in the solar cell and therefore the cell’s current yield can be improved. The schematic of a solar cell as currently studied at Jülich is shown here: two electrodes or contacts envelop a package made up of three different semiconductor layers. The upper electrode is Solar Cells – a Multi-Layered Construction transparent so that particles of light can penetrate into the semiconductor layers. The lower electrode can reflect particles of light that have overshot the target back into the semiconductor layers (reflecting back contact). All the incident sunlight is therefore utilized in an optimal way. The solar cell is protected by a layer of glass. The semiconductor sandwich inside the solar cell consists of an undoped i-layer in the centre that connects two differently doped layers with each other – the n-doped and p-doped layers. The researchers introduce impurity atoms that have more electrons than the pure material into the n-doped layer (n for negative) and impurity atoms with fewer electrons than their neighbours into the p-doped layer (p for positive). This layer conducts positive charges. The combination of the three semiconductor layers means that electrons and positive charge carriers are systematically separated from each other.